DEDICACESSEN

Blog de cuisine et de petites histoire ; Le principe ? Tout un plat, toute une histoire... Quand l'inspiration est là, la recette est dédiée à un personnage de mes paysages réels ou rêvés : Vouivre, Hopper, San Antonio, André Breton, Maroc, Italie, enfanc

jeudi 26 juin 2008

[Le blog est mort, vive le blog]..........

Voilà. Dedicacessen, c'est fini. Oh y a pas mort d'homme (ni même de femme), hein, faites pas cette tête. Je suis une gentille cuisinière, rarement très inventive, pas assez régulière, je ne m'amusais plus à recopier des recettes, à manger froid pour photographier les plats, à cadrer les assiettes sous leur meilleur jour menteur. Je passais régulièrement chez les uns et les autres et me demandais bien ce que je pouvais apporter à la blogosphère culinaire déjà bien riche en talents. Et puis les tendances me fatiguent un peu… Or, la cuisine est trop à la mode désormais pour moi. Je continuerai à la partager à ma table et sur Dissidence Cuisine qui se dessine de plus en plus comme un petit forum-bistrot tout sympa où l'on parle un peu de tout, où on échange nos recettes, trucs et astuces entre pros et amateurs, sans souci de briller ou de donner des leçons, ça me va très bien.

Dès lors, puisque je ne me faisais plus plaisir et que je n'étais pas foncièrement utile au paysage, je me suis dit qu'il était temps de me débarrasser de mes alibis devenus contraintes et de continuer ailleurs, juste avec mes mots, parce que ça, je serais bien triste de devoir y renoncer : nouvelles, contes, haïka, proposèmes, notes, journal, instantanés du dehors et du dedans...   Ce sera désormais sur Lenverre, tant que je m'y amuserai.

Clic ?
lenverreoiseauavtar

Vous verrez que, pour le moment, j'y ai uniquement transféré la plupart des textes et montages de Dedicacessen. Le reste viendra, au fil du temps… et des ENVIES.

J'espère vous retrouver de temps en temps là-bas. Pour ma part, je vous guetterai encore longtemps du coin de l'œil. Bonne continuation à vous tous.

Posté par A_Lenverre à 20:05 - Commentaires [22] - Permalien [#]

jeudi 27 mars 2008

Contes du lilas

Sursaut de l'hiver
l'arbre s'obstine aux fleurs
printemps couronné
contes_du_lilas
clic sur l'image pour l'agrandir

Posté par A_Lenverre à 08:16 - Les contes de - Commentaires [28] - Permalien [#]

mercredi 19 mars 2008

# Financiers aux perles rouges #

groseilles03Pour nos coeurs transpercés d'amour, qu'on mène parfois en bateau.
Une recette tirée  du livre "Les recettes du boulanger, pains et viennoiseries" (oui, je sais, ça peut paraître étrange)... J'ai juste remplacé les framboises proposées par des groseilles. On y va ?

> Ingrédients
- 200 g de beurre
- 60 g de farine
- 100 g d'amandes en poudres
- 180 g de sucre glace
- 1/2 cuil. à café de vanille en poudre
- 6 blancs d'oeufs
- 200 g de groseilles fraîches (lavées, égrainées) ou surgelées

> On en fait quoi ?
groseilles041 - Beurrer une douzaine de moules ronds  de 5 cm de diamètre (si vous les voulez en forme de barques, coeurs, montgolfière ou vache à taches, je vois pas où est le problème).

2 - Dans un saladier, mélanger la farine, la poudre d'amandes, le sucre glace et la vanille.

3 - Ajouter les blancs d'oeufs en remuant bien puis le beurre fondu (si vous n'avez pas peur et appréciez le goût, vous pouvez préférer le beurre noisette).

4 - Verser la préparation aux 3/4 des moules.

5 - groseilles02Répartir sur le dessus des financiers les groseilles.

6 - Les mettre dans le four préchauffé à 240° (Alors là ! je dis : trop chaud. Déjà qu'à 220, ils ont eu très chaud sur les bords, les miens, je descendrais bien jusqu'à 200)

7 - Laisser cuire pendant 10 mn

8 - Les démouler aussitôt après la cuisson. Les conserver à température ambiante avant de les déguster.

Posté par A_Lenverre à 10:56 - Goûters - Commentaires [21] - Permalien [#]

mardi 18 mars 2008

[Feu dans la nuit qui vient]..........

perle01Elle a perdu une boucle d’oreille, ne s’en est pas rendu compte. Il est en face d’elle et fixe la chaînette qui reste, à laquelle pend une perle rouge, comme une seule blessure mortelle dans son cou très blanc. Elle penche la tête, la brûlure franche se déplace, touche presque l’épaule nue. Elle soupire, un violon s’aiguise dans l’air, le bijou tremble en baiser furtif, onde écarlate d’une rivière où glisserait une carpe noire. La lumière qui chancelle à travers la vitre pénètre la plaie ronde, l’embrase en flèche, étreinte envolée. Elle parle, ne cesse de parler, ses mots sont des perles rouges qui roulent sur la nappe blanche et chutent à ses pieds, s’y fracassent cruels ennemis ; s’entassent les débris, dévorent l’air, toxique trésor. Il ne les ramasse pas, il lui faudrait une vie, où est la sienne ? Elle bat ailleurs, sous le  fruit tombé de ses caresses,  à quelques centimètres de ses mains vides. Depuis combien de temps le quitte-t-elle ? Autour, tout autour, les mangeurs ne vieillissent pas, petit monde incandescent déjà décédé ; l’horloge s’est arrêtée à une note de sang. Il a mille ans, il ne reste qu’un éclat de son cœur, qu’elle porte en breloque, distraitement ; un secret qu’elle aurait oublié, plus léger que la brise, un animal familier qui se love au bout de sa laisse sans rien exiger qu’un peu de son parfum ; et de pouvoir la frôler quelquefois.

"Oh zut ! J’ai perdu une boucle d’oreille !"

Il serre dans sa poche son poing. Dans son poing, l'œil jumeau qui palpite encore, ardent dans l'obscurité.

(la recette ICI)

Posté par A_Lenverre à 21:32 - Toute une histoire - Commentaires [8] - Permalien [#]

samedi 15 mars 2008

Contes du soir

Bleu sur les branches
l'oiseau enseigne l'été
au serment des fleurs
arbres

Posté par A_Lenverre à 19:04 - Les contes de - Commentaires [5] - Permalien [#]

vendredi 14 mars 2008

# Parmesane Pugliese, ou parmédjiâne à l'essuie-tout #

parmesanemiamSavez ce qu'on va faire ? Vu que j'ai pas beaucoup de temps en ce moment, vu que le nouveau forum démarre du feu de dieu (on vous attend !), que mon chat cardiaque réclame petits soins et grosse attention et que deux ou trois choses à côté non moins importantes voire carrément plus, m'en prennent beaucoup, vu que je n'ai pas toujours le coeur à écrire, ni la disponibilité d'esprit, en attendant que l'inspiration revienne, je vais vous filer une recette simplement succulente, longue (mais pas compliquée) à faire. C'est un succès assuré. Même les petits qui ne mangent pas d'aubergines se régalent : "pourquoi elles sont de cette couleur, les lasagnes ?". Vraiment, c'est une de mes recettes italiennes préférées, je ne me fous pas de vous, là, ma ptite dame, mon bon monsieur, ne passez pas à côté. Je la refais régulièrement, quand j'ai du temps devant moi, il en faut (comptez 3 bonnes heures). Des tranches D'aubergines en "beignets", de la sauce tomates maison, du fromage, et c'est le bonheur assuré à table. Je n'ai encore vu personne y résister.  A noter que depuis ces photos (anciennes et toutes pourries, mes skuses), j'ai appris que, sur le dessus, dans les Pouilles, les puristes ne mettraient pas de Mozarrella, mais uniquement du parmesan ; vous rectifierez si ça vous chante. On y va ?

La parmesane donc ou : aubergines à l'essuie-tout
prononcer parmédjiâne

pour 8-10

> Ingrédients auberginescoup_es

sauce :
- 1 gros oignon
- 500 grammes de purée de tomates
- 400 grammes de pulpe de tomates épépinées et pelées
- basilic ciselé, plein
- 2 gousses d'ail écrasées
- facultatif : un verre de bouillon
- sel
- poivre
------
- 6 belles aubergines
- 5 oeufs
- farine
- sel
- huile tournesol
- huile olive
-------
pour monter le plat :
- 150 grammes de parmesan
- 1 kg mozzarella (de préférence de bufflone)

et !!! : un rouleau d'essuie-tout.

coulistomates> On en fait quoi ?

1 - on lave les aubergines, on les coupe en très fines lamelles dans la longueur, je dirais 3 à 4 mm. Pas à l'économe non plus ni à la mandoline, on les retrouverait pas, trop fines. Non non : au coutal. On a pris soin de sortir deux passoires pour les faire dégorger. On les colle au fur et à mesure de la découpe dedans, avec, sur chaque couche, du sel fin. On passe à la sauce :

2 - faire revenir un oignon émincé finement dans de l'huile d'olive. quand il est transparent, commence juste à prendre couleur, ajouter 400 g de pulpe de tomates épépinées et pelées, 500 grammes de purée de tomates, un chouia d'eau, genre un ptit verre.
sel, poivre à peine, ail, on peut à la place de l'eau mettre un peu de bouillon de poule ou de boeuf, un tas de basilic haché et on va laisser ratasser à feu ttttrrrrrrrrrrrrès doux, le plus ptit possible, pendant tout le temps de la préparation du plat.

3 - on revient à nos aubergines au bout d'une demi-heure de macération dans le sel. c'est là que l'essuie-tout commence son intervention divine. On prend une grande assiette ou un plat, on y pose une couche d'essuie-tout, une couche d'aubergines, ainsi de suite. on le refera pour la suite, pas la peine de tenter la tour de Pise.parmesanepretfeu

4 - On a préparé trois assiettes : une avec de l'oeuf battu, une avec de la farine, et une avec ??? avec de l'essuie-tout, yes ! Dans une sauteuse, on va coller un bon ptit paquet d'huile de tournesol, 5 cm au moins, avec une bonne rasade d'huile d'olive, pour le parfum. On chauffe. Pendant ce temps on passe les tranches d'aubergine (sans l'essuie-tout hein !!!) dans l'oeuf puis dans la farine et hop à la friture. On surveille, ça doit blondir, croustiller, on retourne, ça doit blondir aussi et zou, sur l'assiette avé l'essuie-tout où on va recommencer notre Tour de Pise, aubergine, papier.

Parenthèse : on pourrait imaginer frire les aubergines sans cette pâte. Outre que vous perdriez un goût au final, elles seraient beaucoup plus grasses. L'aubergine est une éponge. Si elle n'est pas protégée de l'huile, c'est l'huile qui gagne. Si votre huile est à bonne température (toujours le test de la boulette de mie de pain qui, plongée dans le bain, doit remonter immédiatement et commencer à dorer en 1 mn), la pâte est prise rapidement et isole le légume. Vous en préservez mieux le goût.

parmesanecuite5 - Quand on a tout frit, on est bien fatigué et on pue bien des cheveux. Mais faut continuer.
On prend le tout gros plat à lasagnes, celui qui tient TOOOOOUUUUUUUUT le four, on le tapisse d'un chouia d'huile d'olive, au pinceau ou à ?? l'essuie-tout s'il en reste. on pose une première couche d'aubergines frites. une couche de sauce ratassée qui doit plus ressembler à de la purée, sans trop de liquide (on a pu la mixer ou la passer pour ne pas retrouver les oignons émincés), on l'étale à la cuillère, elle s'étale pas toute seule, elle sait se tenir. On saupoudre de parmesan. quelques lichettes de mozarrella. Avec ses proportions et dans ce plat d'ogre, on fait cinq couches. On finit par le reste de parmesan si reste il y a et on ne lésine pas sur la mozzarella coupée finement. Papier alu, 20 mn four 240 préchauffé, puis dix minutes à découvert, la mozzarella ne doit pas trop colorer, juste à peine, pour rester fondante, fileuse.

Noter : on changera l'huile de friture une ou deux fois pour ces proportions. On aura deux heures devant soi. On laissera le plat nous attendre dix à 15 mn à la sortie du four.

Posté par A_Lenverre à 09:31 - Commentaires [11] - Permalien [#]

vendredi 7 mars 2008

Dissidence Cuisine : le plus beau forum du monde. Rien que ça.

Oups... I did it again

BOUTON01J'ai fait un forum. Franchement, c'est pas pour me vanter mais il est pas mal du tout. J'y ai invité trois amis, dont une que vous connaissez maintenant, qui touchent leur bille en cuisine. Et je leur ai donné les clefs. C'est donc désormais NOTRE forum. Pourquoi j'ai fait ça ? J'sais pas... je m'ennuyais ? J'en avais marre de faire des gâteaux ? C'était ça ou repeindre la salle de bains, me mettre au macramé, voler une voiture, manger une vieille dame ? Non. En vrai, tout est expliqué là-bas. On y parlera de cuisine principalement ET de ce que vous voudrez accessoirement. Ne loupez pas le post de bienvenue qui vous en dira un peu plus sur le fonctionnement de la jolie bête, c'est . Venez nous voir, y a pas que moi, y a du pro des fourneaux, de la journaliste culinaire, de l'auteur de livres de cuisine, de toute façon des amoureux avides d'imaginer et de partager. Venez poser toutes vos questions, même les plus incongrues et faire des réponses toutes pareilles ou plus sérieuses. Je suis sûre qu'on y sera très bien. Au chaud. On vous y attend avec impatience.

Posté par A_Lenverre à 09:30 - Commentaires [10] - Permalien [#]


Fin »